Espaces Sonores
Accueil du siteSTÉPHANE MARINCOLLABORATIONSESPACES CLOSPoésie SonoreL’Ovni Tendre
Dernière mise à jour :
lundi 21 janvier 2013
Statistiques éditoriales :
69 Articles
2 Brèves
9 Sites Web
12 Auteurs

Statistiques des visites :
17 aujourd'hui
0 hier
87021 depuis le début
   
Sur le Web
Le Phun
Le Phun installe son théâtre d’humanité à sa juste place, au sein de la Cité.
Deuxieme Groupe d’Intervention
Situations artistiques et théâtre contemporain de proximités
Le Jardin philosophe
Recherche et pratique de la philosophie comme thérapie existentielle et de la poésie comme création dans l’ordre du langage.
Delfi Blog
Delphine Saint Raymond : actrice, performeuse malentendante et mélomane.
L’Ovni Tendre

Lors de productions discographiques sur le label « L’Ovni Tendre », Stéphane Marin (électroacousticien) et Léos Ator (poète) ont construit des œuvres métissant son et poésie. Le désir d’incarner ces œuvres a suscité cette création à laquelle s’est jointe Carole Pontus (danseuse contemporaine).

Ils conçoivent leur collaboration comme un laboratoire de créations interdisciplinaires.

 
Articles publiés dans cette rubrique
jeudi 25 octobre 2007
par St&
Station(s)
Électro-poésie mutante et cinétique
« Station (1 ) » premier volet d’un triptyque intitulé « Stations » transcrit une série de trois postures : assise, debout, couchée.
Sa forme pluridisciplinaire mue de la voix à l’image via la danse : la parole qui l’initie transformée par traitement sonore et réinterprétée par une danseuse se clôt sur une projection graphique. Le vecteur de ces métamorphoses est la voix retraitée par informatique. Lors de ce processus, la technologie - dénominateur commun de ces reformulations - s’intègre comme élément de discours : l’interaction homme/machine est lisible par le public. Chaque interface est un canal de (...)

lire la suite de l'article
jeudi 25 octobre 2007
par St&
(G)noise
Poésie sonore électronique
"(G)noise" prolonge les thématiques précédentes d’Eros et Thanatos en renchérissant formellement dans l’abstraction. Il correspond à une tentative limite d’éprouver l’équivalence son-texte.
Aux sédimentations son-texte par déconstruction, mis précédemment en usage, il enchérit en 2 points :
1) inversion du rapport signal/bruit ainsi que formulé par l’exergue du CD "Noise is the message".
2) valorisation de la notion de processus d’écriture au détriment de celle d’auteur par des syst mes d’écritures collectives.
Tentative de laisser la part belle à l’erreur, à la méprise et au hasard dont malice (...)

lire la suite de l'article